Edwyn est parti…

Edwyn chaton (la 1ère fois que je l’ai vu).

Bonjour les chatmis, ce n’est pas Edwyn qui vous écrit, c’est sa Mamounette, pour vous annoncer l’affreuse nouvelle qui est dans le titre.

Évidemment, je suis plus qu’effondrée : ma relation avec Edwyn était tellement intense et fusionnelle depuis le début. Donc je préfère tout vous raconter dans ce billet parce que je viendrai répondre à vos commentaires (quand j’en aurai la force) mais vous comprenez bien que je veux éviter les « que lui est-il arrivé ? », « comment est-il mort ? », etc. J’arrive au bout de mon récit (après presque 3 heures d’écriture et de larmes) et je me rends compte que c’est long mais, s’il vous plaît, lisez jusqu’au bout.

Avant-dernière photo d’Edwyn en solo (sur le balcon).

Edwyn est né le mercredi 14 octobre 2009, je suis allée le voir dans la maison où il est né le lundi 7 décembre (vous pouvez voir les premières photos ici), il est arrivé chez moi le mardi 22 décembre 2009 et il a toujours été avec moi, toujours là près de moi et pour moi. « Edwyn, mon amour de chat, mon chat d’amour, tu es encore là aujourd’hui (dimanche) mais tu me manques énormément et je ne t’oublierai jamais. »

Une de mes photos préférées d’Edwyn (il essaie d’attraper une poire).

Edwyn avait, comme chacune de ces années caniculaires (il m’épatait), très bien passé l’été (étalé sur le carrelage un peu frais) mais avec l’automne qui est arrivé très vite (on a eu entre 8 et 10° plusieurs matins entre 7 heures et 8 h 30), il était fatigué, ce qui était le cas d’autres chats d’amis mais ça m’inquiétait quand même. Pourtant il mangeait, il buvait, il faisait bien ses besoins, il réclamait pour aller sur le balcon en soirée et pour recevoir des câlins donc il allait bien. Bon, avec l’âge, il avait du mal à sauter sur le canapé et sur le lit alors je le portais et il me montrait lorsqu’il voulait descendre.

Vendredi soir, je suis rentrée d’une soirée mais il dormait alors je lui ai simplement fait un gros bisou en lui souhaitant bonne nuit, cependant lorsque j’ai donné à manger à Nouméa et Nimrod, il s’est levé pour manger aussi donc il allait toujours bien même s’il était flageolant sur ses pattes arrières (avec l’âge, il avait perdu du muscle).

Edwyn a toujours aimé se cacher (couvertures, sacs, cartons, derrière le canapé…).

C’est samedi (hier) que son état s’est aggravé, j’étais absente le matin et lorsque je suis rentrée vers midi et demi, il était affalé dans son coussin alors je l’ai laissé dormir, j’ai même fait une petite sieste de 13 à 14 heures mais j’ai été réveillée par un gros « wohou », je me suis levée du canapé en vitesse, je l’ai pris tout près de moi (c’était souvent que nous dormions comme ça l’un contre l’autre, sauf en été, trop chaud) et nous avons fait une sieste de 2 heures, peut-être quinze ou vingt minutes de plus. Puis il m’a réveillée car il voulait descendre mais il n’y arrivait pas alors je l’ai emmené devant la nourriture, il n’en a pas voulu, je lui ai humecté les babines avec de l’eau, il a léché mon doigt et il s’est blotti contre moi. J’ai compris même si je ne voulais pas…

La couleur préférée d’Edwyn, le vert (il me chipait mes vêtements verts), ici avec Nimrod.

Nous sommes restés sur le canapé un moment, tous les deux comme d’habitude (je lui ai fredonné une petite chanson que j’ai inventée et que je lui chantonne depuis toujours) et il s’est endormi (peut-être vers 19 heures). Nouméa et Nimrod passaient de temps en temps, voire dormaient près de nous, comme d’habitude aussi. Et puis, à 21 heures 05 (oui, j’ai regardé l’horloge à ma gauche), Edwyn a eu un soubresaut, je l’ai pris dans mes bras et j’ai hurlé en pleurant « Edwyn, non, non ! » (ce qui a fait peur à Nouméa et Nimrod qui sont partis en courant), il a ouvert la bouche pour respirer (il a eu un spasme, je pense que c’est parce que l’air n’arrivait plus), il a eu eu deuxième spasme alors j’ai pris mon courage à deux mains parce que je ne voulais pas qu’il souffre, je lui ai dit « Edwyn, si tu dois partir, pars sans trop de souffrance, je ne veux pas que tu partes mais s’il le faut, je t’aimerai toujours et je ne t’oublierai jamais. » alors il a fait un effort pour redresser sa tête et me regarder droit dans les yeux (ils sont toujours ouverts d’ailleurs, je n’ai pas réussi à les fermer) et il est parti dans mes bras un peu avant 9 h 15 (ça a été rapide et je pense qu’il est parti paisiblement et réconforté par mon amour). Edwyn est donc mort le samedi 24 septembre 2022.

Dernière photo d’Edwyn en solo (sur le balcon).

J’ai envoyé des sms (j’étais incapable de parler au téléphone) à une amie et deux amis proches qui connaissent Edwyn depuis qu’il était chaton (et qui ont toujours eu des animaux aussi). Il y a eu un échange de sms une grosse partie de la soirée avec les deux amis puis l’amie m’a envoyé un sms pour me dire qu’elle m’appelait (il était presque minuit) et nous avons parlé 25 minutes, d’abord je lui ai tout raconté (avec beaucoup de mal et de larmes, ce qui est de même pour vous écrire) et elle m’a dit qu’il avait fait un arrêt cardiaque et que j’avais bien fait de faire comme ça, qu’il avait été très heureux avec moi, qu’il avait été choyé et qu’il était mort tranquillement sans trop de souffrance.

N’oublions pas qu’Edwyn a passé 8 ans avec Faiel (mai 2010-avril 2018).

J’ai décidé de prendre Edwyn avec moi pour la nuit. Je l’ai lavé et bien essuyé car il s’était souillé, je l’ai enveloppé dans une serviette verte (sa couleur préférée) et je l’ai déposé sur le lit, je l’ai embrassé, caressé (peut-être que son âme était encore là) puis j’ai dormi toute la nuit avec Edwyn dans mes bras, comme nous le faisions souvent pour nous réchauffer et, pour une fois, je ne me suis pas (semi) réveillée pour me retourner mais je suis restée tout contre lui. Une fois, je me suis réveillée vers 6 heures et j’ai vu Nouméa qui veillait Edwyn mais lorsqu’elle a vu que je l’avais vue, elle s’est sauvée car elle est très discrète. Quant à Nimrod, il était venu lui faire un bisou sur le canapé avant de partir en courant sur le lit et il a dormi à mes pieds.

Edwyn et Nouméa (sa chouchoute).

Edwyn est toujours sur le lit mais il est tout raide et froid alors je ne sais pas si j’aurai la force de dormir encore avec lui ce soir (dimanche). Mais cet après-midi, Nimrod s’est glissé sous le plaid et il veille sur lui. Je me rends compte que je dois maintenant continuer de prendre soin de Nouméa et de Nimrod car, même s’ils sont plus indépendants qu’Edwyn, ils ont besoin de moi et moi d’eux.

Vous vous posez peut-être cette question : pourquoi ne l’a-t-elle pas emmené à la clinique vétérinaire ? Déjà parce qu’à cette heure-là, il n’y a plus de bus, parce qu’ils n’auraient rien pu faire de toute façon et surtout, je ne voulais absolument pas qu’il meure pendant le trajet ou tout seul enfermé dans une cage durant le week-end. C’était mieux qu’il reste près de moi et qu’il parte dans mes bras. C’est pourquoi il est encore chez moi mais demain matin (lundi), j’appellerai la clinique et je leur apporterai le corps… De plus, vous vous doutez bien que je n’ai pas pris de photo d’Edwyn parti, je ne veux pas garder cette image de lui alors je mets de belles photos de lui dans ce billet.

Une autre de mes photos préférées d’Edwyn.

Peut-être que, parmi vous, il y a des fidèles qui nous suivent depuis le début (ou depuis un bout de temps) et que vous aussi, vous ne l’oublierez pas. Je répondrai à vos commentaires dès que je serai en état de le faire. Et ne comptez pas sur moi pour publier un billet le 14 octobre en disant qu’Edwyn aurait eu 13 ans ou un billet à Noël pour dire que ça aurait été le 13e Noël d’Edwyn avec moi.

« Edwyn, tu es maintenant au paradis des chats. Je garderai en mémoire, tous les merveilleux moments que nous avons passés ensemble, tous les beaux moments de jeux, de câlins et tout le bonheur que nous avons partagé tous les deux pendant pratiquement 13 ans, et peut-être qu’un jour, je sourirai en pensant à une de tes bêtises que je te pardonnais toujours. Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai. »

PS du lundi matin : j’ai passé les nuits de samedi et de dimanche avec Edwyn et ce matin, je l’ai emmené en larmes à la clinique vétérinaire… Merci pour vos premiers commentaires.

Les billets hommages de Sharon et Nunzi, de Chat des îles (des humaines, chats et blogs amis de longue date).